Le développement des peuples passe bien évidemment par l’éducation de la jeunesse. La connaissance est la première des richesses et des libertés. Elle permet l’émancipation.

Apprendre en s’amusant est essentiel pour l’épanouissement de chacun. C’est dans cet état d’esprit que s’inscrit le Festival international d’orthographe francophone (FESTIOF), organisé le 10 juillet 2018 à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Cet événement est une véritable célébration de la langue française, de sa richesse et de sa diversité. Accompagné de Marion Lenne, députée LaREM de Haute-Savoie, j’ai assisté à ce Festival et en suis particulièrement heureux.

Le FESTIOF est un concours proposé dans 84 pays de la Francophonie. Il s’adresse aux jeunes élèves de la 6ème à la 3ème et se décline en plusieurs épreuves autour de la langue française. Dictée, poésie, éloquence, improvisation ou même encore slam ont été mis à l’honneur pour célébrer la beauté de cette langue. Les 200 meilleurs auront le plaisir de s’affronter à Abidjan pour la demi-finale et la finale, au mois de décembre. Le Génie 2018 de l’Orthographe francophone y sera donc sacré !

Parrain de cet événement, j’étais présent pour son lancement. En effet, la section française de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (AFP), à laquelle j’appartiens, soutient cette initiative.

Cette première édition s’est faite en la présence de l’Ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, Gilles Huberson, des représentants du ministre de l’Education de Côte d’Ivoire, de la Directrice du cabinet du Gouverneur du district d’Abidjan ainsi que des membres du Comité d’organisation du FESTIOF.

 

Partage