La session extraordinaire est arrivée à son terme, ce mercredi 1er août, avec l’adoption de plusieurs textes emblématiques et essentiels pour la transformation du pays, enclenchée par le Gouvernement et la majorité il y a plus d’un an.

Vous le savez peut-être, mais la Constitution prévoit que le Parlement (Assemblée nationale et Sénat), se réunit en session ordinaire d’octobre à juin. Le Gouvernement peut, s’il le souhaite, convoquer le Parlement en session extraordinaire entre Juillet et Septembre. La pratique institutionnelle veut que le Parlement soit réunit, en session extraordinaire, toute la durée du mois de juillet.

Au vue de notre calendrier chargé, nous avons donc siégé tout au long du mois de juillet pour avancer. Cette session a été marquée par des événements peu communs, comme le démontre le blocage de nos travaux, pendant plusieurs jours, par une opposition coincée dans une volonté d’obstruction. Malgré cela, la majorité a tenu bon et a permis l’adoption de textes utiles pour le quotidien de nos concitoyens.


Loi pour un Etat au service d’une société de confiance

Ce projet de loi a été définitivement adopté. Ce texte reconnait l’existence du droit à l’erreur, enfin. Il inscrit une logique de bienveillance au sein des administrations. Ainsi, les Français qui se tromperont dans leurs déclarations ne seront plus nécessairement sanctionnés s’ils sont de bonne foi. Ce texte permet de remettre de la confiance, enfin.

Loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes

Loi essentielle, puisqu’elle se réfère à la Grande Cause du quinquennat, elle permet de mieux protéger les victimes d’abus. Le harcèlement de rue ou encore le cyber-harcèlement ne sont plus tolérés dans notre société. Les femmes doivent pouvoir se déplacer en toute liberté sans subir toutes sortes de comportements déplacés et inadmissibles. Elle aussi est adoptée de manière définitive.

Loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel

Ce texte est une avancée majeure pour les apprentis, les demandeurs d’emplois et les salariés. Cette loi permettra à un million de demandeurs d’emplois peu qualifiés et à un million de jeunes éloignés de l’emploi d’accéder à une formation qualifiante ! Pour lutter contre le chômage, les individus doivent avoir un accès facilité à la formation. Le texte a terminé la navette parlementaire et est donc définitivement adopté.


L’Assemblée nationale reprendra ses travaux dès le 12 septembre, avec une rentrée tout aussi chargée que les mois précédents. PACTE, réforme constitutionnelle, agriculture ou encore lutte contre la fraude fiscale seront des textes qui animeront nos débats !

En attendant, je vous souhaite à toutes et à tous un excellent été.

 

Partage