Nous avons examiné, les 13 et 14 février, le projet de loi relatif à l’élection des représentants au Parlement européen. Il sera soumis au vote solennel le 20 février prochain et devrait être adopté à une large majorité. Il est clair que je voterai en faveur de ce texte important.

Le retour à une circonscription unique : rendre visible et lisible les élections européennes !

Le texte souhaite le retour de la circonscription unique pour les élections européennes, comme c’était initialement le cas avant la loi de 2003. Cette dernière a, en effet, instauré des circonscriptions interrégionales dépourvues, aujourd’hui, de cohérence administrative et historique. Ces huit circonscriptions interrégionales sont trop grandes et n’ont absolument pas permis de rapprocher les députés européens de leurs concitoyens. Elle n’a pas non plus réduit l’abstention, bien au contraire. Celle-ci n’a cessé d’augmenter depuis 2003. Ainsi, partant du constat que les objectifs de ces circonscriptions interrégionales ne sont pas atteints, le gouvernement et la majorité souhaitent le retour de la circonscription unique.

Il est important de noter que sur 28 Etats membres de l’Union européenne, 22 utilisent la circonscription nationale pour les élections européennes. Nous souhaitons donc rejoindre ces derniers, dans un souci d’harmonisation mais surtout parce que nous voulons faire des élections européennes un moment important de débat. Avec des élections européennes organisées au niveau national, ces dernières seront plus visibles et lisibles pour les citoyens. Le débat sur l’Europe prendra alors toute son ampleur. Enfin !

Les listes transnationales : une nécessité pour la démocratie européenne

Malgré le rejet, par le Parlement européen le 7 février dernier, de l’instauration des listes transnationales, la majorité et le gouvernement ont rappelé leur attachement à ces dernières. Le groupe Parti populaire européen du Parlement européen ainsi que les eurosceptiques du groupe des Conservateurs et réformistes européens ont fait échouer cette avancée démocratique. Le Parlement européen a raté l’occasion de créer un véritable espace public et politique européen, ce que je regrette.

Dans l’hémicycle, j’ai défendu la nécessité de leur mise en oeuvre pour parfaire la démocratie européenne. Nos députés européens doivent défendre, ensemble, l’intérêt général de l’Union européenne et non des intérêts purement nationaux. Ainsi, permettre aux citoyens européens de voter, dans le cadre d’une circonscription européenne commune, pour des candidats défendant leur vision de l’Europe, sans prise en compte de la nationalité, représente une avancée. Je rêve du jour où, sur une même liste, je retrouverai des candidats venus de tous les Etats membres défendant une vision de l’Europe à laquelle j’aspire. Et, la République en marche, ainsi que de nombreux mouvements politiques en Europe, continueront de défendre ce projet.

 

Partage